Expiation veut dire « Correction »

 

L’avant-propos de la traduction française d’Un cours en miracles dit :

« Notre sixième et dernière régle concerne la traduction d’un mot très important : «Expiation». (En anglais, Atonement.) Presque sans exception, ce mot a constitué un réel défi pour les traducteurs, et il a posé des problèmes a bien des étudiants anglophones d’Un cours en miracles. Ce terme biblique est un concept central dans la tradition judéo-chrétienne, où il exprime le plan de Dieu pour sauver ses enfants, qui sont pécheurs et pleins de culpabilité, par leur propre souffrance et leur propre sacrifice, de même que par la mort expiatrice de Jésus sur la croix.

Comme beaucoup d’autres mots qu’Un cours en miracles emprunte à la tradition biblique, le mot « Expiation » reçoit une signification totalement différente de celle que lui donne la tradition judéo-chrétienne. Dans le Cours, «Expiation» réfère à la correction de la croyance en la réalité du péché et de la culpabilité. Ce changement de signification d’un mot courant est un exemple du processus pédagogique du Cours qui, par I’utilisation de tels mots « déclencheurs », fait remonter à l’esprit du lecteur des aspects refoulés du système de pensée de l’ego. De cette façon, ce qui est refoulé peut être regardé et enfin pardonné. Pour être efficace, le processus de correction demande de reconnaître nos croyances et concepts erronés, et non de les refouler. Par conséquent, utiliser un mot plus «inoffensif » pour traduire Atonement, comme « réconciliation » ou « rédemption », aurait pour effet de saper ce processus de correction de nos pensées erronées, en ne leur permettant pas d’apparaître dans nos esprits. En utilisant le mot traditionnel pour Atonement dans toutes les traductions, avec sa connotation habituelle qui est de défaire la culpabilité par le sacrifice, les étudiants d’Un cours en miracles ont ainsi la possibilité de pardonner véritablement le système de pensée de l’ego en eux-mêmes. »

Bien. Mais le mot français « expiation » a un fort sens de péché et de châtiment.

Connaître les racines des mots peut clarifier leur signification. L’origine du mot anglais « atonement » est “at one,” ou « à l’un. » Jésus emploie le mot avec un sens de la correction, la guérison et l’union.

L’introduction de la Clarification des termes dit : Ce n’est pas un cours de spéculation philosophique, et il n’a pas non plus le souci d’une terminologie précise. Son seul souci est l’Expiation, ou la correction de la perception.

Alors David Hoffmeister préfère, quand ses mots sont traduits en français, que le mot « Correction » soit employée plutôt que « Expiation. » Voir ci-dessous cette substitution en UCEM.

« En définitive, toute peur peut se réduire à cette malperception fondamentale selon laquelle tu es capable d’usurper la puissance de Dieu. Bien sûr, tu ne peux pas et tu n’as jamais été capable de le faire. Voilà la base réelle de ton évasion de la peur. L’évasion est amenée par ton acceptation de la Correction, qui te permet de te rendre compte que tes erreurs ne se sont jamais réellement produites. » T-2.I.4:1-4

« La seule responsabilité du faiseur de miracles est d’accepter la Correction pour lui-même. Cela signifie que tu reconnais que l’esprit est le seul niveau créateur et que ses erreurs sont guéries par la Correction. Une fois que tu acceptes cela, ton esprit peut seulement guérir. » T-2.V.5:1-3

…/…

« J’accepterai la Correction pour moi-même. Regarde [tes frères] avec amour, à fin qu’ils connaissent qu’ils font partie de toi, et toi d’eux. C’est cela qu’enseigne la Correction en démontrant que l’Unité du Fils de Dieu est inattaquée par sa croyance qu’il ne connaît pas ce qu’il est. » L-139

« Pour guérir, il devient donc essentiel que l’enseignant de Dieu laisse toutes ses propres erreurs être corrigées. S’il ressent même la moindre trace d’irritation en lui-même lorsqu’il réagit à quoi que ce soit, qu’il se rende compte sur-le-champ qu’il a fait une interprétation qui n’est pas vraie. Puis qu’il se tourne en dedans vers son Guide éternel et qu’il Le laisse juger de ce que devrait être la réponse. Ainsi il est guéri, et en guérissant, son élève est guéri avec lui. La seule responsabilité de l’enseignant de Dieu est d’accepter la Correction pour lui-même. « Expiation » signifie correction, ou le défaire des erreurs. Une fois que cela a été accompli, l’enseignant de Dieu devient un faiseur de miracles par définition. Ses péchés lui ont été pardonnés, et il ne se condamne plus lui-même. Comment peut-il alors condamner qui que ce soit ? Et qui est-ce que son pardon peut manquer de guérir ? » M-18.4:1-10

Autre note : les mots anglais « whole, holy, heal » « entier, sacré, guérir » ont la même racine, qui veut dire être à l’un.

Compilé par Andrew LeCompte

Share This